Les effets du divorce sur les enfants

Statistique Canada indique que 35 % à 42 % des mariages se termineront par une rupture. Cela ne comprend pas les ruptures d’unions de fait. Comme le divorce est si commun, on pourrait penser qu’il y a peu d’effets sur les enfants. Bien que les enfants soient très résilients et puissent très bien surmonter les effets négatifs d’un divorce ou d’une séparation, cela exige parfois toute une adaptation.

L’un de ces scénarios vous semble-t-il familier?

« Nous sommes séparés depuis déjà six mois. Mes enfants semblaient très bien prendre la séparation. Nous nous attendions à des crises de colère et à des supplications, mais ils ont seulement demandé lequel des parents aurait une nouvelle demeure et lequel resterait. Nous nous considérions comme chanceux! Cependant, j’ai récemment rencontré quelqu’un. Avec lui, je me sens bien et bouillonnante de vie. J’avais hâte que mes enfants le rencontrent. Au début, ils avaient l’air bien avec lui. Ils jouaient au ballon ensemble. Les choses sont toutefois en train de changer. Mon plus jeune, âgé de cinq ans, a commencé à mouiller le lit (de trois à quatre fois par semaine) et ma plus vieille, âgée de huit ans, est devenue impossible lorsque vient le temps de faire ses devoirs. Est-ce à cause de la séparation? Est-ce mon nouveau partenaire? Ou est-ce quelque chose de complètement différent? »

« Nous venons d’annoncer à notre fille âgée de 10 ans que nous allons nous séparer. Nous lui avons expliqué que nous ne nous aimons plus; que cela arrive parfois à des parents qui s’aimaient beaucoup. Nous lui avons expliqué que beaucoup de parents divorcent pour différentes raisons et nous lui avons même nommé certains de ses amis d’école dont nous savons que les parents sont divorcés. Cela ne s’est pas très bien passé. Elle a commencé à pleurer et à crier que nous venions de ruiner sa vie. Elle est très fâchée contre nous. Elle claque les portes et refuse de nous aider dans la maison. Elle a même brisé sa poupée préférée. Je pense que nous avons besoin d’aide. »

« Mon fils de neuf ans a commencé à se plaindre de maux de ventre, au point qu’il téléphonait de l’école demandant de revenir à la maison. Dans les trois dernières semaines, il a manqué cinq jours d’école. Hier, mon ex et moi l’avons emmené voir notre médecin de famille pour savoir ce qui causait ses maux de ventre. Notre médecin a laissé entendre qu’il s’agissait peut-être d’anxiété causée par notre séparation récente. Elle nous a suggéré de consulter un psychologue pour enfants qui pourrait l’aider, ainsi que nous, à gérer les émotions découlant de la séparation. »

Le divorce ou la séparation exige une grande adaptation. Certains parents choisissent d’envoyer leurs enfants en counseling afin de prévenir une adaptation difficile. Si le besoin se présente, certains choisissent d’entreprendre une thérapie. Les comportements et les émotions ci-dessous peuvent survenir à la suite d’un divorce ou d’une séparation des parents.

Comportements et émotions pouvant survenir après un divorce ou une séparation :

  • pleurs, supplications, crises de colère pour que les parents se réconcilient;
  • peurs et soucis d’être abandonné ou de ne jamais revoir l’un des parents;
  • culpabilité d’avoir causé le divorce;
  • responsabilité accrue (ex. : si je deviens parfait, mes parents changeront d’idée);
  • perte d’intérêt dans des activités plaisantes;
  • comportements régressifs (mouiller le lit, dormir dans le lit des parents);
  • comportements révoltés ou agressifs;
  • baisse des notes à l’école, l’enseignant note un manque d’attention chez l’enfant;
  • désintérêt envers ses amis;
  • baisse de l’estime de soi;
  • symptômes psychosomatiques (ex. : maux de ventre, maux de tête).

Même si la décision de divorcer appartient aux adultes, nombreux sont les enfants qui se blâment pour le divorce et se sentent responsables de la réconciliation des parents.

Comment aider votre enfant?

Il y a de nombreuses façons d’aider votre enfant à s’adapter au divorce ou à la séparation :

 

  1. Écoutez ce que vos enfants ont à vous dire concernant la séparation. Même si la décision de se séparer appartient aux adultes, elle a des effets directs et immédiats sur le quotidien des enfants. De nouveaux facteurs entrent en jeu. Si l’un des parents déménage, les enfants auront deux maisons. Il peut y avoir de nouveaux partenaires et de nouveaux demi-frères ou demi-sœurs, etc. Les enfants peuvent se blâmer, vous blâmer ou encore blâmer quelqu’un d’autre. Ils peuvent être tristes, en colère ou ils peuvent avoir peur. Ne jugez pas et ne rejetez pas ce qu’ils ressentent. Intéressez-vous à leurs sentiments et rassurez-les que le divorce est une décision qui appartient aux adultes et donc qu’ils n’en sont pas responsables.
  2. Renseignez-vous auprès de votre école. Il y a peut-être un groupe pour les enfants de parents divorcés. Sinon, demandez si ceci serait possible étant donné le nombre d’enfants touchés par le divorce. Le conseiller d’orientation de l’école, un intervenant, un psychologue ou un travailleur social appuiera peut-être votre idée.
  3. Rendez-vous à votre bibliothèque municipale et choisissez un livre d’enfant sur le divorce. Il pourrait aider à guider la conversation et vous aider à comprendre ce que votre enfant ressent. La bibliothèque aura aussi des livres pour les adultes traversant une adaptation importante.
  4. Renseignez-vous sur le programme Pour l’amour des enfants offert gratuitement par la Province du Nouveau-Brunswick (les parents ne suivent pas le cours ensemble). Les parents peuvent s’inscrire en appelant le 1-888-236-2444.
  5. Prenez un rendez-vous avec un psychologue pour vous et votre enfant afin de faciliter la gestion des sentiments ou des comportements complexes ou pour les prévenir.

 

Références :[A1]

George J. Cohen, MD and Committee on Psychosocial Aspects of Child and Family Health, Helping Children and Families Deal with Divorce and Separation.  PEDIATRICS.  2002; Vol. 110, No. 5: 1019-1023.

Jongsma, A.E., Peterson, L. M., & McInnis, W. P. McInnis (2000).   The Child Psychotherapy Treatment Planner.  NY:  John Wiley & Sons.

Statistics Canada (2011). Divorces and crude divorce rates, Canada, provinces and territories, annual. Ottawa, ON : Statistics Canada.


 [A1]Si la cliente souhaite suivre le manuel de publication de l’APA, il faudrait apporter des changements aux références.